Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Deauville : le polo a la côte d’amour

Crédits:
autre
Catégorie Les paradoxales

Un sport haut de gamme réservé à une élite internationale.


- Adolfo Cambiaso, virtuel champion du monde de la spécialité, accessoirement, le chouchou de ses dames, allez donc savoir pourquoi…

Les deux meilleures équipes du monde, toutes deux argentines : La Dolfina, et Ellerstina, se sont affrontées le samedi 1er août dans un match qui fut la revanche de la dernière finale de l’open d’Argentine.

Les deux équipes affichant la cote maximale de 40 goals (8 joueurs de chacun 10 de handicap) se sont livrées un match d’une grande intensité. L’enjeu de cette revanche était palpable et chaque équipe alignait ses meilleurs chevaux, offrant ainsi aux spectateurs un match digne d’une finale en Argentine, pays où le polo est un sport national.

L’équipe La Dolfina-Jaeger-LeCoultre, menée par Adolfo Cambiaso, s’est finalement inclinée 10 à 11. Un score serré tout au long du match qui aurait pu s’inverser sans la blessure à la main de Lolo Castagnola dans le 2e chukker, remplacé par Guillermo Terrera (handicap 7).

Les rapports entre le Polo et la maison Jaeger-LeCoultre sont historiques. Ils datent de 1931. À cette époque, les officiers britanniques de l’armée des Indes s’entraînaient en jouant au polo sport extrêmement exigeant. Ils sont à la recherche d’une montre suffisamment robuste et… élégante pour supporter les chocs et survivre à un match. Ils défient Jaeger-LeCoultre de créer cette montre. Ainsi est née « La Reverso » et son indémodable boîtier en acier inoxydable qui coulisse dans son support et se retourne complètement sur lui-même…