Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Montgenèvre : l’épreuve de haute-montagne du 2 août

Crédits:
autre

rattrapée par les éléments… Le maire a appliqué le principe de précaution et raccourci le parcours.

La course en haute-montagne appelle à l’humilité face aux forces de la nature. Nul ne peut l’ignorer sauf à, un jour ou l’autre, en payer le prix. Lorsque le 2 août dernier en pleine épreuve, le Mont Chaberton, 3131 mètres, à l’instar des sommets du massif, s’est couvert brusquement de nuages et que la foudre est venue déchirer un ciel noir.

Le Maire de Montgenèvre, Guy Hermitte, en accord avec les Maires de Cesana et Clavière, a alors pris la sage décision de raccourcir le parcours pour ménager les concurrents et les bénévoles et limiter la prise de risque. Le classement final a été calculé à partir des temps de passages enregistrés à la moitié du parcours. Les arrivants ont pu rejoindre en toute sécurité la commune organisatrice, Montgenèvre. Là, il pris une douche chaude et un repas réparateur avant d’être diriger vers la commune de Cesana en Italie, oint de départ de la course.

Le choix du maire a été saluée par tous les concurrents, dont Maud Giraud et Corinne Favre, toutes deux ensemble sur le parcours et vainqueurs ex-æquo du « Trail des forts » en 2 h 11 mn 28 sec.

Pour sa première participation, Jokin Lizeaga Mitxelena, s’est imposé en 1 h 52 min 08. C’est dans descente qu’il a accentué son avance sur le second, Paolo Larger, et le troisième, Ricky Lightfoot, qui n’étaient que 30 seconde derrière lui au col du Chaberton. Grâce à cette victoire celui-ci confirme sa position dans le top ten du circuit de l’International Skyrunning Fédération.

Sous un soleil revenu, les corps et le moral réchauffés, les compétiteurs ont été salués pour leur dépassement et leur courage, par Lorenzo Colomb, maire de Cesana, Franco Capra, maire de Clavière et par Guy Hermitte, maire de Montgenèvre, ainsi que par les deux co-organisateurs Nicole Toscan et Gianni Mallen. Ces trois municipalités donnent un bel exemple de collaboration réussie et ce malgré la barrière linguistique. Pas moins de 150 bénévoles provenant des deux pays ont assurés tout au long du parcours ravitaillement, liaisons radio, signalisation, sécurité et contrôles aux 520 participants, nouveau record de participation pour cette épreuve, qui proposera une troisième édition, et un nouveau partenariat l’année prochaine.