Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Saint-Tropez Pampelonne : les Rosés de l’Eté

Crédits:
textes par
images par

à l’Aqua Club de Paul Van de Casteele…


- Paul Van de Casteele, propriétaire de l'Aqua Club, Adeline du Barry du Château Saint Martin, Jean-Louis Croquet du Domaine Thuerry, Isabelle Forêt et Valérie Riboud du Château Roubine -

Comme chaque année à la fin du printemps, Paul Van de Casteele convie une trentaine des meilleurs domaines vinicoles provençaux pour faire déguster leurs rosés à des professionnels du vin. Comme chaque année, la convivialité était l’invitée d’honneur, la centaine de personnes rassemblées était ravie de retrouver confrères et amis. Cette année encore, le vin était bon, le millésime 2008 ayant été un bon cru.

Mais cette année, la fête était entachée de 2 grands points d’interrogation.

D’abord, l’avenir des plages de Pampelonne, fortement compromis. Tout le monde s’est fait un devoir en partant de signer la pétition qui permettrait de continuer à pouvoir profiter de ce site unique sur la Côte d’Azur, préservé et sauvage. En effet, un projet municipal et préfectoral vise à supprimer 5 établissements sur 27 et réduire l’espace des « rescapés ». Bilan : ces plages qui tournent à plein régime 6 mois par an vont devoir refuser du monde d’où une légitime frustration des habitués, et les plagistes vont également devoir supprimer des emplois.

Ensuite, la décision européenne d’homologuer les rosés dits de « coupage », à savoir des vins issus d’un mélange de vin blanc et de vin rouge, ce qui est la négation de tout le travail fourni par les domaines provençaux (les seuls au monde à pratiquer une vinification de rosé). Très motivées, la Présidente des Crus Classé de Provence, Adeline du Barry ainsi que la journaliste-écrivain-œnologue Isabelle Forêt ont brillamment défendu cette particularité française. Il ne nous reste pas tellement de spécificités, ni d’occasions de « chanter Cocorico ». Alors, cramponnons-nous à celles qui durent !

  • NDLR : les orateurs ont semble-t-il réussi à faire passer leur message. On apprenait hier que le rosé resterait le rosé, de Provence et d’ailleurs. Les nouveaux députés européens n’auront pas à trancher, les anciens ont enfin pris leur responsabilité et trancher en faveur des traditions… françaises.