Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Côte d’Azur : les Russes font le Marché

Crédits:
textes par

sans eux, ce serait la « dèche » pour certains commerces… de luxe.


- Jean-Marc Leroy -

Les chiffres parlent d’eux-mêmes et ceux fournis par la PDG de Global Refund, Jean-Marc Leroy, sont édifiants. Les Russes, les Ukrainiens et, dans une moindre mesure, les Américains et les ressortissants des pays du Golfe arabique, sont et de loin ceux qui achètent le plus d’objets de luxe. Sans l’omniprésence des Russes on peut même se poser la question de la pérennité de plusieurs commerces dans la région PACA.

Les éléments d’informations mis à la disposition des journalistes confirment une tendance et la précisent. Ils sont issus des factures émises par les adhérents de la société citée plus haut et qui prend en charge les formalités nécessaires pour bénéficier du remboursement des taxes commerciales, principalement la TVA. Tout résident hors de l’Union européenne dépensant plus de 175 € par jour dans un même magasin est éligible à ce "Tax free".

Ces chiffres ne concernent pas tous les commerces qui profitent de l’industrie touristique. Néanmoins, ils peuvent être d’une grande utilité pour les décideurs, les commerçants et tous les responsables institutionnels du Tourisme. Ils devraient leur permettre de vérifier s’ils ont ciblé les bons clients, s’ils ont mis tous les atouts de leurs côtés pour les convaincre… Global Refund, leur mâche un peu la tâche. Elle vient en effet d’éditer divers instruments de promotion, en russe, en anglais et en japonais. Ainsi, son « Shopping guide Côte d’Azur » qui répertorie les bonnes adresses. Tiré à 30 000 exemplaires, il sera diffusé par ses soins en Russie et en France.

Il faut le préciser, le luxe, pour tous ces visiteurs aisés, c’est avant tout les articles de mode, vêtements et autres, les montres et la joaillerie. Le montant moyen des dépenses dans un même magasin le même jour donne une idée de leur pouvoir d’achat. Il est d’un peu plus de 1000 €. Cela représente un volume d’affaires de l’ordre de 103 millions €, pour l’année 2008, rien qu’en région Paca. Des transactions à la hausse avec les Russes, toujours eux, qui représentaient en 2008, 39 millions € soit 38,1 % du chiffre d’affaires de la détaxe.

En compulsant les indicateurs, on apprend, sans que cela soit une vraie surprise, que ce sont essentiellement et dans cet ordre, les villes de Cannes, Nice, Monte Carlo et Saint-Tropez qui drainent le plus de ces visiteurs étrangers. Visiteurs qui préfèrent les beaux jours pour apparaître et « magasiner »…

Sur la brochure en russe consacré à la Côte d’Azur, on note pour Cannes, 16 annonceurs mais quasiment tous les magasins proposant des articles de luxe sont cités, de Blanpain à Zapa, la majorité situés sur La Croisette et la rue d’Antibes.

La Riviera qu’elle soit française ou italienne a été à diverses époques, une destination très prisée des Russes, puis ce furent les Américains lorsque le taux de change leur était favorable. Les Anglais bien sûr qui, forts de leur proximité et de leurs livres sterling s’y installèrent en nombre. Il y eut encore la période des princes arabes… Indubitablement, les Russes sont de retour même si ce ne sont pas les mêmes… Comme le marque avec insistance, Jean-Marc Leroy : « Le tourisme russe devient un tourisme de masse et ne se résume plus à la venue de quelques milliardaires. Moscovites à 55 %, ils viennent aussi de Saint-Pétersbourg (15 %) et d’autres villes de moins d’un million d’habitants (35 %). Ils ont entre 25 et 50 ans et leur revenu oscille en moyenne entre 1 500 et 3000 € par mois »… On peut constater avec lui qu’ils sont nombreux à être attirés par ce qui brille et par des produits fortement taxés chez eux… cela pour le plus grand profit de nos commerçants qui se doivent d’être attentifs et de redoubler… d’attentions à leur égard. Trop peu de nos magasins sont encore en mesure de les renseigner dans la langue de Tolstoï et de Pouchkine…