Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Mandelieu : le Bistrot de l’Oasis.

Crédits:
textes par

Stéphane Raimbault dans un nouveau créneau.

Le patron du restaurant de l’Oasis, Stéphane Raimbault, n’a plus grand-chose à prouver. Les étoiles, il en a deux mais, s’il s’en donnait l’objectif, il pourrait en décrocher une troisième. Cet honneur a un prix et des contraintes. Elles sont devenues telles qu’il est presque suicidaire d’en faire le but d’une vie. D’autant plus que les aléas de la Bourse ont réduit le potentiel de clientèle et freiné les ardeurs des consommateurs habitués à fréquenter les grandes enseignes.

Dans le milieu très solidaire de la gastronomie, on le dit à voix basse, c’est la crise et chacun de faire preuve d’imagination. Les uns revoient leur carte et proposent pour le déjeuner des formules « un plat une entrée » ou « un plat un dessert » à des prix très compétitifs. Même la carte des vins devient de plus en plus accessible avec la consommation au verre ou la formule sélection : une coupe de champagne, une demi-bouteille de vin, une demi-bouteille d’eau minérale, café ou thé compris. On ne casse pas les prix mais on n’en est pas loin…

Stéphane Raimbault, outre ses actions tous azimuts : création d’une Boutique attenante (pâtisseries, pains), l’instauration de Bons cadeaux, de cours de cuisine dans son Atelier suivis du déjeuner, de possibilités de commander en ligne…, s’est récemment lancé dans un partenariat avec le tout proche Old Golf Course. Ainsi vient de se tenir le 1er tournoi Oasis Golf Cup. Mais là ne s’arrête pas les efforts de diversifications du chef. Il vient tout juste d’ouvrir, au premier étage de l’Oasis, son Bistrot.

Il ne fonctionnera dans un premier temps que pour le midi. Le lieu est suffisamment vaste et aéré, décoré plus simplement qu’au rez-de-chaussée mais c’est surtout la carte qui retient l’attention.

Quant à l’accueil et au service, aucune inquiétude là-dessus… il est exemplaire !