Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

SIRHA 2009 : une bonne cuvée.

Crédits:
textes par
images par

Une compétition aussi où les chefs n’ont pas craint de mettre la main à la pâte… et de mouiller leur toque.

Comme annoncé dans notre précédent article sur cette importante manifestation internationale de la gastronomie, nous vous tenons informés des temps forts de ces 4 jours lyonnais, consacrés au couronnement des produits alimentaires, des services, des équipements les plus novateurs, sans oublier les multiples concours.

Tout lister est impossible et serait très fastidieux. Alors, soyons sélectifs et saluons les belles prestations d’Enodis (fabricant de fours mixtes Convotherm high tech) qui accueillait sur son stand le gratin de la gastronomie française et étrangère, avec une convivialité et un professionnalisme jamais démenti.

Puis Rivafruit, société qui, depuis 1981 s’est spécialisée dans les jus de fruits de qualité, partenaire de la Coupe du Monde de la Pâtisserie, recevait tous les jours sur son stand des dégustateurs privilégiés pour découvrir cocktails de fruits au champagne, cocktails de fruits sans alcool, mais aussi une sélection de plats salés et sucrés concoctés par les membres de l’APRECA (Association de Pâtissiers de restaurants Côte d’Azur), avec un réel talent et un évident succès.

Nos chefs azuréens étaient aussi à l’honneur sur le stand de La Cambuse, importateur de produits italiens sélectionnés rigoureusement par Davide Dalmasso, le jeune PDG installé à Golfe-Juan, qui proposait au public tous les jours des dégustations, réalisées par les grands chefs du Sud-Est. Chaque « démonstration » amena une affluence inhabituelle au point qu’on ne pouvait même plus passer dans l’allée, devant le stand ! Succès mérité, du grand spectacle!

Autre jolie découverte, ou redécouverte : un stand où s’étaient associés le 1er producteur de caviar d’Aquitaine, la société Sturia, et les sublimes huîtres Kerber de Cancale : une union réussie pour tous les chefs exigeant une qualité de saveur suprême.

Côté Concours, chantons quand même cocorico, car la France remporta le 2ème Mondial du Pain grâce au boulanger Olivier Gatille et son commis Jérôme Poulet, qui précédaient la Suisse et l’Italie. La France obtint encore la 1ère place à la 11ème Coupe du Monde de la Pâtisserie à laquelle participaient 22 nations, grâce à Jérôme de Oliveira, Jérôme Langillier et Marc Rivière qui précèdent l’Italie et la Belgique.

On a gardé le meilleur pour la fin : Le Bocuse d’Or. Le spectacle a duré 2 jours, dans une ambiance digne d’un match de football de Coupe du Monde : hystérie dans les gradins, hurlements, sifflets et autres bruitages nullement indispensables, qui tendent à prouver que la gastronomie se démocratise jusqu’à avoir des « hooligans ». Il faut dire que les 24 pays en compétition s’étaient investi sjusqu’à des budgets pharaoniques (dans les coulisses, on parlait d’un million d’euros côté norvégien, pour aménager notamment une caravane d’entraînement équipée d’une cuisine identique au centimètre prêt à celle attribuée lors du concours).

Le résultat est là : le lauréat 2009 est La Norvège, représentée par le jeune Geir Skeie du restaurant Mathuset Solvold à Sandefjord. Seconde, la Suède avec le jeune chef Jonas Lundgren du restaurant Bagatelle à Oslo. Lauréate en 2005 et 2007, La France monte quand même sur le podium pour le Bocuse de Bronze obtenu par Philippe Mille de l’Hôtel Meurice, qui a suivi à la lettre l’entraînement de sportif de haut niveau que lui avait mitonné son chef et mentor, Yannick Alleno.

En conclusion, cette biennale 2009, aux dires des exposants, se positionne aujourd’hui comme la plus importante du genre en Europe. Rendez-vous en 2011 !

Brigitte Brunot photo Patrick Flet