Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Cannes : les chiffres du tourisme en question.

Crédits:
textes par

Sujet sensible évoqué lors du dernier Conseil municipal.

Mission ingrate que celle de faire le bilan d’une année qui, à l’aune des événements actuels, semble déjà bien lointaine. L’exercice est toutefois utile pour le fonctionnement de nos institutions et permet de faire le point. C’était au tour de David Lisnard, pour la majorité municipale et, d’Henri Céran, pour le groupe Tabarot, de s’affronter à propos des résultats du Palais des Festivals en 2008, plus particulièrement visibles à travers la délégation de service publique attribuée à la SEMEC. Il était important pour chacun de marquer des points et de se différencier quant aux chiffres et à leur interprétation.

Pour le premier adjoint de Bernard Brochand et président de la SEMEC, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. Malgré la crise, et contrairement aux autres communes voisines, le bilan est plus que satisfaisant, il est même historique. Avec un CA en augmentation de 3,4 %, dû aux 492 000 visiteurs ayant participés aux 132 manifestations comptabilisées, et des retombées économiques évaluées à 379 millions € (39 millions de plus que l’année précédente), il y a en effet de quoi pavoiser. Que nous réserve donc le bilan 2009 !

Pour l’ancien directeur du tourisme à Cannes, Henri Céran, ces chiffres sont à prendre avec des pincettes. Il y apporte ses correctifs, ceux d’un professionnel habitué à lire entre les lignes… Pour lui, affirmer qu’il y a eu 51 manifestations professionnelles au Palais en 2008, c’est un amalgame qui fausse les résultats si on y associe des manifestations destinées au grand public. Aucun Palais des Congrès en France utilisant les mêmes modèles de calcul, ne pratique de la sorte. Ce petit arrangement avec les règles gonflerait opportunément de 20% le nombre de participants et de 20% celui des retombées économiques. Il permettrait de s’attribuer des résultats flatteurs, propres à impressionner la galerie et les électeurs.

Mettre sur le même plan, spectacles et congrès – insiste Henri Céran - fausse les comparaisons et les comptes, car si les congressistes de Tax Free, du MIPIM ou du Festival du film sont connus pour être dépensiers, les spectateurs d’un Ballet ou d’une représentation de music-hall ne sont pas sensés dormir dans les Hôtels et finir systématiquement leur soirée par une frénésie d’achats…

Selon le cabinet d’expertise de Consulting Hôtelier Deloitte (dont une branche vient de s’installer à… Cannes), les baisses dans les 4 étoiles supérieur, les 4 étoiles standard et les 3 étoiles sont confirmées, tandis que les 4 étoiles de charme stagnent. Seuls les 2 étoiles relèvent la tête, mais ce n’est pas forcement un bon signe pour l’image de Cannes… tournée vers le luxe.

Confirmant les résultats du Cabinet Deloitte, Henri Céran cite les données publiées par l’Insee et le CRT qui soulignent une baisse de 28 898 visiteurs. Autant de visiteurs qui, en 2008, n’ont pas mangé dans les restaurants cannois, couché dans les hôtels cannois, dépensé chez les commerçants… cannois. Quels sont les bons chiffres ? Seuls les commerçants concernés le savent. Interrogés, certains se disent, « au vue des circonstances », satisfaits. Une façon comme une autre d’avouer à demi mot que cela eut pu être pire…