Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

« Les Etoiles de Mougins » se terminent en splendeur.

Crédits:
textes par
images par

Clap de… faim.


- ce n'est qu'une au revoir, au village…

Pour clôturer cette 3ème édition, encore plus réussie que les précédentes, le traditionnel dîner de gala avait lieu, comme les autres années, au Moulin de Mougins. À cette occasion, un « coup de chapeau » a été donné aux Relais & Châteaux italiens qui ont concocté, avec leurs homologues Côte d’Azur – Corse, un somptueux dîner, en présence des personnalités mouginoises, ainsi que du président des Relais & Châteaux, Jaume Tàpies, sans oublier une importante délégation bruxelloise : c’est en effet à Bruxelles que le lauréat des Etoiles de Mougins fera un stage de 3 semaines dans 3 restaurants étoilés de la capitale belge.

Laurent Perrier, fidèle partenaire, a régalé l’assistance à l’apéritif, avant de passer à la farandole des mets. En entrées, ce fut d’abord un pressé de veau aux légumes confits (Giovanni d’Aanato d’Il Rigoletto à Reggiolo aidé par Christophe Bacqui de La Villa à Calvi), puis des tartares de gamberoni en duo (Davide Brovelli d’Il Sole à Ranco avec Jacques Chibois de la Bastide Saint Antoine de Grasse). Le poisson était préparé par Christian Busca du Grand Hôtel San Pietro à Taormina et Serges Gouloumès du Mas Candille à Mougins : une sériole à la cendre, couscous au safran. La joue de veau déglacée au chianti et son millefeuille de pommes terre aux girolles était l’œuvre de Saverto Sbaragli de La Collegiata à San Gimignano et de Philippe Labbé de la Chèvre d’Or à Eze. Quant au délicieux dessert, une soupe froide d’abricots et figues, glace fromage blanc-noix de coco et tapioca à la noix de coco, il était signé Jérémy Udry (Il Bottaccio à Montignoso) et Alain Llorca du Moulin de Mougins.

Au cours de dîner, le palmarès du concours des « Etoiles de Mougins », présidé par le brillantissime Marc Veyrat, a fait la part belle aux femmes, chose rare dans le milieu de la gastronomie, en désignant Fanny Rey (27 ans) qui travaille avec Jean-André Charrial à l’Oustaou de Baumanière et a gagné, en plus de son stage en Belgique, un chèque de 5000 €.

On ne peut que féliciter les organisateurs de cette manifestation à laquelle ils ont donné une renommée internationale, leur dévouement et leur motivation ont réussi à faire de ce joli petit village provençal le haut lieu de la gastronomie mondiale, le temps d’un week-end inoubliable.

On se souviendra aussi de l’empreinte apportée par Marc Veyrat*** à Veyrier-du-Lac, près d’Annecy, qui a su insuffler des messages d’espoir aux jeunes cuisiniers en défendant tout à la fois la qualité des produits « bio », l’excellence des préparations et la défense du pouvoir d’achat.


- soirée de gala, à l'italienne…

On a déjà envie de dire : à l’année prochaine ! … et attendre l’événement avec impatience.