Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Amstrong déjà sur orbite.

Crédits:
textes par
Catégorie Pieds dans le plat

Propre comme un sou neuf, Lance s’attaquerait à son propre record : sept Tours de France… gagnants et rien qu’un contrôle positif.

L’américain qui a fait la passe de sept sur le Tour de France, envisage un retour à la compétition. Qui s’en plaindrait ? Pas les sponsors, ni le patron du Tour, ni le public, ni les villes qui accueillent la caravane et font leur promo…

Alors pourquoi bouder son plaisir ? Vous avez dit « dopage »… Lance Amstrong répond « cancer » et promet que ses intentions sont généreuses. Il s’agit d’attirer l’attention sur cette maladie dont il est sorti vainqueur.

Les sponsors, eux, se frottent déjà les mains, les journaleux aussi qui, d’ores et déjà, ont quelque chose de juteux pour alimenter sites Internet, rubriques sportives des quotidiens et magazines people…

Le public qui n’est pas trop regardant se marre aux Guignols de l’info lorsqu’il voit Virenque grimper les cols les plus pentus, des seringues plein les fesses… Les maires qui recevront tout ce beau monde devant les photographes et la télé, la télé surtout, sont tout sourire . Ils serreront quelques pinces et surtout s’afficheront avec les vainqueurs du jour…

Les responsables du Tour de France, Christian Prudhomme en tête, attendent de voir. C’est trop beau pour être vrai ! Le Tour qui a du plomb dans l’aile, va renaître de ses cendres et de ses scandales à répétition car qui oserait toucher à un cheveu d’Amstrong pour lui chercher des traces de produits illicites ?

Lui-même se gardera cette fois de franchir la ligne jaune, le maillot lui suffit. Il doit bien y avoir, en cherchant bien, de nouveaux produits pour l’instant indécelables… Il prendra, s’il s’en sert, plus de précautions que les recalés du dernier Tour qui avaient cru masquer par quelques artifices chimiques, les traces de leurs tricheries…

Quant à l’exemple que donne à la jeunesse ce spectacle, car il s’agit bien d’un spectacle, de ces athlètes, car ce sont bien des athlètes, ma foi, il faut en faire son deuil. Il y a longtemps que nos enfants ont perdu leur innocence. Ils en connaissent plus que nous sur le sexe, la drogue, le dopage. Espérons qu’ils en mesurent bien les dangers. Ne sont-ils pas, à partir de 13 ans, censés tout connaître. Ils ont intérêt car c’est à partir de cet âge là que leur nom sera fiché sur « Edwige » si d’aventure…