Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Côte d’Azur : quand les hôtels se mettent au Vert,

Crédits:
textes par

ou « Le protocole de Kyoto » attitude…

En offrant à ses clients un service de véhicules électriques, l’hôtel Imperial Garoupe est le premier hôtel en Riviera à se positionner sur l’axe de l’éco attitude prônée par le Protocole de Kyoto. Un choix qui devrait séduire une clientèle américaine et scandinave, fort exigeante dans ce domaine.

Ces « véhicules urbains électriques intelligents en libre accès » sont un moyen confortable et ludique pour partir en toute sérénité à la découverte de la ville et de ses proches environs, le directeur de l’hôtel, Gilbert Irondelle, en est convaincu. Il est en tous les cas fier d’être le premier à offrir à ses hôtes ce type de prestation.

Depuis le début du mois de juin, par simple apposition sur la portière d’un badge personnalisé, la voiture se verrouille ou se déverrouille. Une simple touche sur le voyant GO, elle démarre ! Le VU - c’est le nom de cette petite merveille de technologie - se pilote alors comme une voiture automatique, si ce n’est que son moteur est silencieux et que ses nombreuses vertus en font l’une des solutions innovantes pour la mobilité urbaine du 21ème siècle.

  • Hôtel Impérial Garoupe**** 770, chemin de la Garoupe - LE CAP D’ANTIBES – Tél. 04 92 93 31 61 – lire ici notre article -

Autre solution de proximité, le vélo, on va certes moins loin mais on entretient sa forme physique et on prend le temps de regarder… À Nice, l’hôtel Radisson SAS a choisi cette formule, mieux, il promeut l’usage de vélos sans chaîne, transmission à cardan.

Les hôtels et les Palaces sont, semble-t-il les premiers à se mettent peu à peu au parfum et instaurent en interne des mesures visant à économiser l’énergie. Le Carlton intercontinental, à Cannes, a montré la voie. Une récente visite en Italie, dans un ***** d’Abano, le Trieste & Victoria, la direction va un peu plus loin et propose à ses hôtes un « pensez à l’environnement ». Cher client - écrit-elle sur une carte posée en évidence dans la salle de bain - imaginez les serviettes lavées inutilement dans tous les hôtels du monde, imaginez la quantité de poudre à laver polluante utilisée à cet effet. À vous de décider : si vous jetez les serviettes et les peignoirs dans la baignoire ou la douche, il nous faut les changer. Si vous les raccrochez, vous pouvez les réutiliser.

Bien vu, car les habitudes de confort doivent évoluer. Nos actes les plus ordinaires nous ont paru longtemps « innocents ». Ils le sont de moins en moins à présent que la planète souffre et que notre présence même est menacée. N’attendons pas demain, au rythme où nous allons, aujourd’hui, c’est déjà demain !