Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Alpes-Maritimes : chant du cygne pour Ikea

Mougins qui pleure, Mouans-Sartoux qui rit…

Rarement une polémique économico-environnementale ne prit une telle ampleur et suscita autant d’exaspération et de détestation. Le projet d’installation de cette multinationale du meuble, sur la commune de Mougins, en limite de celle de Mouans-Sartoux, avait suscité l’ire des habitants de cette commune et de quelques riverains.

Le dossier, après quelques corrections demandées par le Conseil départemental, paraissait pourtant sans faille. C’était sans compter sur la détermination d’André Aschieri, le maire de Mouans-Sartoux, qui en appela à la désobéissance civile et fomenta la révolte. Les pro- Ikea ne jouaient pas dans la même catégorie et se refusèrent à adopter une stratégie aussi radicale. Mal leur en pris et il y a fort à parier que les membres de la commission départementale et aujourd’hui nationale, chargés de statuer sur l’autorisation d’ouverture des grandes surfaces, prirent en considération les risque de troubles à l’ordre public. Ils se résolurent majoritairement à voter contre ce projet prometteur qui aurait créé 500 emplois…

La commune de Mougins est déçue des décisions prises, d’autant que l’enquête publique concluait favorablement son rapport et qu’il s’en fallut de peu pour que le projet passe le cap de la commission départementale.

Le groupe suédois trouvera-t-il enfin un site dans les Alpes-Maritimes ? Rien n’est moins sûr car les communes du littoral azuréen sont déjà sur-urbanisées et les problèmes liés à la circulation et au stationnement ne font qu’augmenter au rythme de l’accroissement de la population et du développement économique. Mougins et le quartier choisi, offraient l’avantage d’une proximité avec l’autoroute A8, reliée à une voie rapide.

Y a-t-il eu d’autres raisons à l’échec de l’implantation d’Ikea dans le département ? Certains murmurent que les rivaux français du géant suédois, ont fait pression pour faire obstacle à cette hégémonie programmée. D’autant que l’Europe donne toutes ses chances à des marques concurrentes comme Jysk, une entreprise danoise qui partage la même philosophie du meuble que son homologue suédois… et qui débarque en France.

Sans vouloir ramener tout à la politique et à sa bipolarisation, c’est la droite et le libéralisme qui ont laissé des plumes dans cette affaire. La gauche avait pris position contre le projet, c’est elle qui tire les marrons du feu. Pour la gloire, serait-on tenté de dire, car ce projet fort médiatisé qui donne gagnant le maire de gauche André Aschieri contre le maire UMP de Mougins, Richard Galy, n’a eu que très peu d’impact sur les résultats des dernières élections législatives. La député-maire, Michèle Tabarot, fut réélue plus facilement que prévu et les prochaines élections municipales et cantonales n’apporteront pas de bouleversements sur les territoires concernés. Ni Mougins ni Mouans-Sartoux ne changeront leur maire et l’on cherchera à la loupe les traces électorales de « la Bataille pour ou contre Ikea »…

Pendant ce temps, en Suisse, Ikea a accru ses ventes de 15% au cours de son exercice 2006/07. Au niveau mondial, il a réalisé sur la même période, un chiffre d'affaires de 19,8 milliards d'euros, une hausse de 14% en un an. L'Europe compte pour 82% dans ces ventes et l'Amérique du Nord pour 15%.

La société recense pas moins de 118 000 collaborateurs, répartis sur ses 260 magasins dans 36 pays.

- mention : www.pariscotedazur.fr – septembre 2007 -
- contact, abonnement, désinscription -