Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Carla Lavatelli – 1928 – 2006 - le sculpteur

laisse en Italie une œuvre inestimable.

Crédits:
textes par
Catégorie Les Arts au soleil

Disparue de l’écran où, jour après jour, la vie s’écrit, Carla Lavatelli laisse en Italie, non loin de Lucca et Pise, une œuvre qui mérite la pleine lumière.



Le sens artistique de Carla Lavatelli se développe très tôt, peut-être pour échapper à un climat familial difficile. Elle voyage, étudie et créera des œuvres destinées à l’éphémère comme à l’éternité ou du moins, tant que durera notre présence sur la planète Terre…


- Poverelli, période figurative, fin des années 50 -

Elle s’inscrit, grâce à des pièces majeures, parmi les grands sculpteurs contemporains. Ses traces perdurent dans des musées et des lieux publics comme « son banc des amis » dans le village de Mougins. Elle a exposé à Washington, Palm Spring, Rhodes Island, Genève, Hakone au Japon, en Allemagne… et bien sûr à New York où elle vécut des années très fructueuses dans son loft de Soho.

Passée comme bien des artistes par le figuratif, Carla entre en modernité. Elle s’accote avec des artistes prestigieux et s’inspire de leur travail, Moore, Brancusi, Noguchi sont de ceux-là. De ces rencontres naîtront des pièces imposantes - albâtre, marbre blanc ou veiné, travertin rose, granit sombre - dont la qualité est apodictique.


- Interlocking, années 70 -

La sculpture est un travail épuisant pour des mains de femme. Carla se repose en dessinant des tapisseries, des œuvres éphémères… elle joue avec l’air, le vent, l’eau, utilise tissus et papiers de soie, assiettes qu’elle couvre de fleurs… vers la fin de sa vie. Les périodes noir et blanc alternent avec les passages où la couleur domine. Une accumulation de souvenirs stimulants, de bois flottés, de photographies, de lettres, d’objets artisanaux dont la simplicité l’inspire… qui contribue à rendre vivante sa maison, espace dévoué à l’enrichissement intérieur et au travail.


- Ginkgo biloba, travertin rose de Perse, années 70 -

Les chemins de la création ne sont jamais aisés. Carla, a dû lutter pour imposer sa volonté à la matière et aux gens, pour survivre. Elle en gardera un caractère bien trempé qui rendra sa fréquentation difficile pour certains. Ce défaut, si courant chez les artistes, l’isolera autant que son exigeance, son intransigeance vis à vis d’elle même comme des autres. Un frein à la propagation de son art et de sa renommée. Un jour, en conflit avec un galeriste, elle décida de devenir son propre « intermédiaire ». Un pari osé, surtout dans les années 60. Elle prendra ainsi l’habitude d’exposer dans son atelier. Elle participe activement à de grandioses « happennig » aux Etats Unis d’Amérique et réalise des « installations », comme au Musée Renoir de Cagnes-sur-mer, constructions par vocation, tout aussi fugaces que périssables…

Son fils, Carlo Lavatelli, se retrouve dépositaire d’un patrimoine précieux. Bien qu’ayant partagé au plus près le destin familial, c’est un informaticien qui s’interroge maintenant sur le devenir de l’œuvre de sa mère, sur son devoir de mémoire. Une fondation ? Trop lourd sans doute. Un musée en italie, sur le site où se trouve l’atelier ainsi que de nombreuses pièces dont plusieurs de taille importante ?


- Carlo Lavatelli, dépositaire de la mémoire -

Pas facile à organiser cette option nécessiterait une implication à plein temps. Partir à la recherche d’un collectionneur passionné, « un fou de sculptures et d’arts » qui rachèterait l’ensemble des pièces et le contenu de l’atelier pour établir, à un autre bout du monde un musée ? Une solution qui ne serait pas sans intérêt et qui permettrait la confrontation de Carla Lavatelli avec d’autres artistes dans un mélange d’expositions permanentes et temporaires.

Belle au bois dormant, l’œuvre sommeille, attendant son Prince charmant.


- Lire aussi : les sculptures de Carla Lavatelli en deuil