Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Le prince Albert finance un piège à carbone,

annoncé comme une première en Europe.

- la forêt couvre 55 % du département des Alpes Maritimes,
zéro pour cent de la Principauté de Monaco…

Les arbres ont la capacité de capturer le gaz carbonique présent dans l'atmosphère et ainsi de lutter contre l'indésirable effet de serre. Pour répondre aux objectifs du protocole de Kyoto de lutte contre le réchauffement climatique, le prince Albert de Monaco a choisi de financer un "puits à carbone" dans les Alpes Maritimes, très exactement dans le massif de la Tête-de-Chien, près du Cap d'Ail.

Quatre hectares de pins, d'érables et d'oliviers plantés par l'Office national des forêts français, l'ONF. Car dans la Principauté, il y a longtemps qu'il n'y a plus de place pour une forêt digne de cette appellation ; tout juste peut-on imaginer un square, et encore… d'où l'initiative du Prince qui prévoit aussi de financer d'autres plantations de ce type en France et ailleurs.

Qu'est-ce donc qu'un piège à carbone ? C'est n'importe quel processus permettant de stocker le carbone pendant une certaine période. Le choix c'est porter ici sur une plantation forestière qui répond à un certain nombre de critères comme la biodiversité, la durabilité et la quantité de carbone séquestré. Cela en ferait une sorte de "forêt écologique"…

En soit, une forêt ne peut être d'une bonne chose mais quant à la notion de piège à carbone, ce n'est pas si simple que ça. Sur le long terme, elle ne l'est que dans la mesure où elle conserve sa croissance. En effet, une forêt consomme plus ou moins autant de carbone qu’elle n’en rejette. L’effet puits de carbone ne demeurera important que durant 100 ans et s’affaiblira ensuite pour s’annuler au bout de 200 ans environ… d'ici là il est vrai…de l'eau passera sous le pont et même, il risque d'en manquer.

Mais pas de pessimisme systématique. Positivons et souhaitons, avec le Prince, que ce piège à carbone, annoncé comme une première en Europe ne soit pas un piège à …autre chose…

- mention : www.pariscotedazur.fr - janvier 2007 -
- info@pariscotedazur.fr -