Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

Alexandrins disloqués

Crédits:
textes par
Catégorie poèsie FD

ou plutôt demi-alexandrins qui peuvent se lirede cette façon bizarre et se dire comme des alexandrins

Je te prête mon cœur jusqu'à ce
Qu'il se lasse
Et perde sa ferveur avec le
Temps qui passe
Ne pousse aucun soupir, d'autres disent
Je donne
Pas plus que l'avenir le cœur n'est à
Personne !
Nul ne peut le saisir, et surtout pas
Soi même
Je n'ai pas le loisir de te dire
Je t'aime !

Je te prête ce cœur que si fort
Tu fais battre
Il toute l'ardeur des héros
De théâtre
Ne dis pas que c'est mal et que je te
Torture
Mais j'ai pour idéal de n'être pas
Parjure !
Aimons-nous tous les deux d'un amour
Ineffable,
A la grâce de Dieu, le reste est
Une fable !

le 31-10-1955