Paris Côte d'Azur

Magazine d'informations et de commentaires

La mort...

Crédits:
textes par
Catégorie poèsie FD

- poème -

Ce fut au mois d’octobre, un seize
Qu’à l’heure où disparaît le jour
Malgré tant d’espoir et d’amour
J’ai connu l’étrange malaise
De me trouver seul pour toujours

C’est une chose simple, en somme
On est deux, puis l’on n’est plus qu’un
Il faut oublie les défunts
C’est ce qu’on conseille à l’homme
Dont le chagrin est importun

La mort n’est pas sentimentale
Elle frappe et prend au hasard
Jeunes amants, tristes vieillards
Certes ces choses sont banales
Et pour se plaindre, il est trop tard

Je me souviens de ces minutes
Ce dernier soupir, je l’entends
Depuis déjà plus de quinze ans
Cependant je poursuis la lutte
Et je souris à notre enfant